Ciné : « Le Secret de Terabithia », un drôle d’apologue

Imaginez un monde où tout ce dont vous rêvez serait possible. Un monde où seul l’imaginaire pourrait guider votre existence. Où en gardant les yeux fermés et l’esprit grand ouvert, vos plus grands rêves seraient la réalité… C’est Terabithia.

13578673

Présentation du film

Jess est un garçon d’une douzaine d’années dont la vie n’est pas facile. Il vit avec ses quatre soeurs, sa mère, femme au foyer, et son père, qui travaille dans une quincaillerie. Sa famille n’a pas beaucoup de moyens, et sa vie est alors très prosaïque, en restant concentré sur sa réussite scolaire, et la survie de sa famille. Il s’entraîne tous les matins pour la course à pieds de son école.

Un jour, un couple d’écrivains et leur fille emménagent dans la superbe maison voisine. Tout oppose les deux jeunes enfants. Leslie a d’importants moyens financiers, est passionnée par l’école, et vit dans un rêve, alors que c’est tout l’inverse pour Jess. Deux choses vont les lier : leur passion pour la course, puisque Leslie a battu Jess à la course de l’école, et le fait qu’ils n’aient tous les deux pas d’amis.

Un soir, en rentrant de l’école, les deux jeunes gens vont partir en forêt, et y découvrir une corde suspendue à un arbre pour traverser une rivière. Leslie, la tête dans les nuages, décrétera que c’est ici l’entrée de leur royaume. D’ailleurs, une vieille cabane abandonnée qu’ils rénoveront sera leur forteresse. Or, les habitants du Royaume de Terabithia, les Terabithians, sont prisonniers du sombre seigneur, et les enfants doivent les libérer.

Parallèlement à cela, ce monde de rêve permet à Jess de comprendre toute la beauté de la vie. Il commence à s’épanouir à l’école, dans sa vie privée, et dans son talent, le dessin. Cette jeune fille, qu’il considère comme sa seule et meilleure amie lui permet de revivre, alors qu’à l’école, il subit des persécutions par les plus grands, ou à cause de ses différences sociales.

Mais un jour, le professeur de musique de Jess va lui proposer de venir visiter un musée en ville. Il n’invite pas Leslie. Et tout va basculer.

2

Mon avis sur le film (attention, cette partie révèle la fin du film)

Terabithia, c’est un conte pour enfant adapté du livre de Katherine Paterson « Le Pont de Terabithia ». Ou du moins en apparence, car c’est l’un des contes les plus cruels qui puisse exister. Tout au long de l’histoire, l’éloge de l’amitié, de l’amour, du soutien, de la résistance à l’oppression, est fait. Jusqu’à la scène du musée, tout pourrait donner l’impression que ce film est un appel à profiter de la vie, malgré ses différences.

Or, en partant de chez lui pour aller au musée, on voit que Jess regarde la maison de Leslie, comme s’il hésitait à l’inviter. Chose 12179435qu’il ne fait pas. En rentrant chez lui, il apprend alors que la corde à céder lorsque Leslie s’y est balancée, et qu’elle est décédée. Alors que tout semblait positif dans ce film, survient alors ce drame. Instinctivement, le spectateur, prit par l’aspect merveilleux du film, va alors penser qu’elle n’est pas vraiment morte, que c’est le Sombre Seigneur qui l’a kidnappé. Or, il n’en est rien. L’enterrement a bien lieu, et le film se termine, et surtout, il n’y a pas de suite à ce film. Les dernières scènes du film montre l’hommage que Jess rend à sa meilleure amie, avec la création d’un petit bateau avec son portrait, et d’un pont, le Pont de Terabithia, à la place de la corde.

D’ailleurs, à l’origine, le livre se nommait « Le Pont de Terabithia ». Le réalisateur du film, en changeant le terme « pont » par « secret » dans le titre laisse planer l’ambiguïté. Il renforce l’aspect merveilleux du récit, alors que l’écrivain à voulu quelque chose de plus moral. Ce changement renforce l’idée du spectateur que peut être, la jeune fille ne serait pas morte.

Mais alors, qu’à voulu réellement montrer l’auteur ? Ce film fait pleurer, évidemment, l’enterrement est horrible, la vie de Jess complètement chamboulée… L’espoir que Leslie lui avait donné et qui avait éradiqué l’angoisse a complètement disparu. Dès la scène du musée, c’est le regret qui prend le dessus. Jess dit à son professeur que Leslie aurait du venir, le père de Leslie lui fait 1savoir que Leslie le considérait comme son meilleur ami, et lui se rend compte qu’il ne lui a jamais dit. Il se rappelle de leur première rencontre où il l’avait prévenu que la corde risquait de céder, mais ne l’avait pas empêcher de passer… Mais si on voit encore plus loin, on peut penser qu’il y a un gouffre entre le réel et l’imaginaire, et qu’il ne faut pas vivre que dans l’imaginaire, au risque de ne pas être terre à terre. Et cette corde qui lâche avec la jeune fille dessus, et la rivière qui emporte son corps, c’est l’aspiration des plus démunis face à la réalité dans le gouffre obscur, comme l’a de nombreuses fois explicité Victor Hugo. Leslie, elle, n’avait rien pour la rattacher à la réalité et s’est faite emportée. Elle avait une tenue excentrique, voyait du fantastique de partout, et ses parents étaient eux-mêmes écrivains. Jess en revanche, a su rentrer dans cet univers, mais avait toujours quelque chose pour le rattacher à la réalité… Ces habits sales, déchirés, vieux, les problèmes financiers de ses parents…

Le seul lien qui puisse alors exister et perdurer entre ces deux univers, ne serait-ce pas l’art ? L’art est omniprésent dans le film. A l’école, on ne voit que des matières artistiques (musique, rédaction), Jess est un dessinateur accomplit, les parents de Leslie sontjosh-hutcherson-le-secret-de-terabithia_52844fd6e509b écrivains, Leslie offre de la peinture à Jess pour son anniversaire, tout deux repeignent le salon de la famille de Leslie, il visite un musée… Il est également l’archétype de l’artiste incompris. Alors que son amitié naissante avec Leslie lui permet de s’épanouir dans son art, son père lui rappelle sans cesse de ne pas rester la tête dans les nuages, il se fiche de ses dessins, et lui, lui offre un circuit de voitures pour son anniversaire. Finalement, l’art semblerait être le juste équilibre entre réel et imaginaire. Trop ancré dans le réel, la famille de Jess est malheureuse, et trop ancrée dans l’imaginaire, Leslie en meurt. D’ailleurs, le pont que réalise Jess est une prouesse artistique, et architecturale, d’autant qu’il le munit d’un bouclier qu’il peint lui même. Et après la mort de son ami, il jette sa peinture dans la rivière. L’art c’est le lien entre ces deux univers, car c’est moyen pour les enfants de se forger un esprit critique, et d’enrichir leur capital social, et de mieux se socialiser, pour ces deux personnages sans amis.

Enfin, il est évident que ce film a une dimension surtout morale. Les personnages fictifs de Terabithia ont tous des caractéristiques du monde réel, comme s’il s’agissait dans ce monde de battre les angoisses du réel. Mais des personnages imaginaires, il n’y en a as beaucoup. Tout repose sur l’imaginaire même du spectateur, pour le faire rêver à son tour, et ainsi mieux percevoir le message argumentatif. Le personnage de Janis, terreur de l’école et comparé à un troll à Terabithia par sa carrure imposante se révèle alors être dans le réel un personnage maltraité, malheureux, et finalement gentille… Le troll deviendra alors gentil à son tour.

2086

Ce qu’on en retient

« Le Secret de Terabithia » c’est une jolie tragédie qui vacille entre éloge de l’amitié et du soutien, et mise en garde contre le regret et la perte d’un proche, ce film en apparence pour les enfants est en fait un conte de fée cruel. Le monde imaginaire permet de se libérer des angoisses du réel, mais peut aussi mener les Hommes à leur perdition. Ce film est une mise en garde. Il faut rester très prosaïque même si l’on est rêveur. Il faut savoir trouver un juste milieu à tout, et surtout profiter de la vie, d’où l’éloge de l’art qui est fait tout au long de l’histoire. C’est pour cela qu’il faut regarder ce film avec un regard critique, et essayer de comprendre ce qu’il signifie réellement. Il ne faut pas tomber dans ce gouffre qui peut tout nous faire perdre. Est-ce alors réellement un film pour les enfants? Peut on comprendre cela à 6 ans ? J’en doute fort, et les enfants ne sortiront de la salle en ne retenant que deux choses : la jolie cabane, et la tristesse suite au décès de la jeune fille, alors que ce ne sont que deux détails. Un film que j’adorais quand j’étais plus jeune, que je connais par coeur, mais que je trouve horrible avec le recul.

Fiche technique

Année de réalisation : 2007

Réalisateur : Gabor Csupo

Musique : Aaron Zigmann

Principaux Acteurs : AnnaSophia Robb, Josh Hutcherson, Zooey Deschanel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s